Après le témoignage de Marie-Hélène, je m’attelle à écrire à mon tour mes impressions sur ce confinement.

En tout cas j’espère que vous vous portez bien, que le moral et la santé sont bons ! Peut-être que vous êtes comme moi en pleine réflexion de la prochaine étape qui sera ce déconfinement progressif annoncé.

Je ne suis pas une personne qui se décourage vite, généralement je ne lâche rien et je m’adapte très facilement, et ces capacités m’ont réellement aidée durant ce confinement. Étrangement je suis moins « catastrophée » ou « angoissée » que d’autres, j’ai l’impression de gérer tout cela assez avec positivité. Et pourtant je suis plutôt hyperactive et à l’annonce du confinement j’ai eu très peur de ne pas supporter d’être enfermée.

Si je vis l’instant présent de manière très sereine, avec un équilibre personnel que j’ai finalement trouvé assez facilement, je suis tout de même remplie d’incertitude pour le futur.

Récit sincère d’une « boule de nerf », enfermée dans sa chambre, qui analyse et relativise, entre envie d’agir et interminable attente.

Je suis toujours très occupée et ça me rassure

J’avais tendance dans mes journées « normales » à toujours faire beaucoup de choses. J’avais évidemment Allô La Com qui me prend énormément de temps, mais je faisais également du sport, je voyais mes amis et ma famille, j’avais 2 chevaux à m’occuper, bref je prenais très rarement le temps de faire une pause… J’avais une vie à 200 à l’heure et j’aimais ça.

C’est pourquoi ce confinement me faisait atrocement peur, je me demandais ce que j’allais bien pourvoir faire. Je crois que de manière générale le changement de routine a été le plus difficile pour un bon nombre d’entre nous. Alors certes je n’ai plus tout à fait la même répartition de temps pour chaque activité (je dors beaucoup plus par exemple) mais finalement j’arrive à rester très occupée. Déjà, Allô La Com me prend toujours autant de temps, je parle énormément à mes amis via les réseaux sociaux et les « apéro visio », pareil pour ma famille, je cuisine, je fais du sport, et j’ai même commencé un jeu vidéo. En fait je me suis trouvé une nouvelle routine, qui est devenue mon équilibre et je le vis plutôt bien. Ou en tout cas bien mieux que ce que j’imaginais.

Mon cerveau est en ébullition

Je crois comme beaucoup d’entre vous, je passe du temps à réfléchir. C’est tellement inédit comme situation, tellement bourré d’incertitude, que personne ne sait ce qui va réellement se passer. Pour moi qui suis chef d’entreprise, je me pose 1000 questions sur mon modèle économique, ma communication, ma communauté d’indépendants… Comment anticiper ? Comment savoir ? Comment rassurer ? L’étape confinement est pour moi déjà de l’histoire ancienne, ce qui m’intéresse c’est l’après… Parler avec d’autres entrepreneurs m’aide dans cette réflexion, beaucoup ont envie d’agir, de se rendre utiles, d’apporter leur aide aux autres, la relance de l’économie c’est l’affaire des entrepreneurs ! Par exemple dans son article Préservez la pérennité de votre entreprise en temps de crise, Jérôme Huneau s’engage à offrir une démarche stratégique gratuite aux 5 premiers lecteurs ! Mais vous avez également à disposition de nombreuses conférences d’experts par webinaire pour aider votre réflexion, des articles de blog, tout le monde se mobilise autour de cette crise.

Je suis accro à la pression… mais je me soigne !

Clairement, je réalise combien j’ai du mal à être motivée sans urgence ou pression… Je ne parle pas de pression négative ou malsaine, c’est plutôt que je suis plus créative et plus efficace quand j’ai une tonne de travail. J’aime avoir des objectifs, des échéances, de la projection, en gros du rythme dans ma vie. Heureusement, j’ai toujours de petites doses d’adrénaline qui me plaisent tant, mais quand tout retombe je me retrouve désemparée. Du coup, je me challenge, je me donne de nouveaux défis personnels et professionnels. Par exemple, perdre un peu de poids avant l’été en mangeant plus sainement et faisant du sport de manière plus intensive, ou alors écrire plus d’articles pour le blog d’Allô La Com ! J’accepte petit à petit mon addiction, ce n’est pas encore de la désintoxication car je fais tout pour ne pas m’ennuyer. Mais je me surprends de temps en temps à apprécier de ne pas avoir de contraintes horaires, de vivre au jour le jour sans me mettre une pression de dingue sur les épaules. Et peut être que ce n’est pas une mauvaise chose pour ma santé.

J’ai des soupapes de décompression

C’est le point qui a été le plus difficile à mettre en place. En peu de temps, mon petit appartement de 40 m² est devenu mon bureau, mon lieu de vie, ma salle de sport, mon bar… Bref ce n’était plus mon petit cocon où je décompressais en laissant mes soucis ailleurs. Pour ne pas « péter un câble », j’échange beaucoup avec mon conjoint d’abord, mes parents, mes amis… Et je décompresse en cuisinant ! C’est un peu mon moment « méditation » à moi. J’ai toujours adoré cuisiner, mais cela prend un autre sens aujourd’hui, c’est presque vital ! Heureusement que j’ai un bon mangeur avec moi 😉

Je suis très entourée et aimée

Et ça a pris une valeur énorme depuis le confinement. J’ai l’impression que toutes les émotions sont décuplées, autant les négatives que les positives. Je suis d’un naturel nerveux (certain diront même que j’ai un sacré caractère 😅), et évidement je suis beaucoup plus à fleur de peau en ce moment. Alors resserrer les liens, se sentir apprécié(e) et aimé(e), se soutenir les uns les autres, c’est pour moi une aide précieuse. Ce qui m’a beaucoup marqué pendant ces semaines de confinement, ce sont les personnes âgées tellement reconnaissantes de recevoir de l’aide ou simplement des lettres de parfaits inconnus. Peut être que cela aurait paru étrange en temps normal, mais en ce moment, tout le monde a besoin de cet élan d’amour, de compréhension et d’empathie. Et j’espère vraiment que cette prise de conscience va perdurer.

Si j’ai choisi de pas subir moralement le confinement, c’est que finalement j’ai pris le temps de relativiser. Heureusement, aucun de mes proches n’a été contaminé gravement par ce virus. Alors je profite de ce temps de pause dans ma vie effrénée et je prends conscience que ralentir n’est pas une mauvaise chose pour moi. Et puis j’ai tout pour être heureuse autour de moi, donc j’en profite plus que jamais !

Et vous avez-vous réussi à prendre du recul sur les événements ? Partagez votre expérience en commentaire.

et, ut suscipit ipsum Curabitur dapibus odio adipiscing amet, dolor. sed

Pin It on Pinterest