Vous n’avez pas le temps d’écrire.

Vous avez bien rédigé quelques descriptifs produits, posté 2, 3 articles sur votre blog, et ajouté du contenu sur votre site, vous connaissez les informations qui intéressent vos clients et vos prospects, vous avez plein d’idées. Mais vous n’avez pas le temps de vous mettre devant votre écran et commencer à écrire.

Vous envisagez donc de faire appel aux services d’un rédacteur web. Et peut-être appréhendez-vous déjà la communication avec ce créatif. Comprendra-t-il/elle ce que vous voulez vraiment ? Adoptera-t-il le ton et le style dont vous rêvez sur votre site ? De quelle information a-t-il besoin ?

Pour éviter les malentendus et les pertes de temps, il existe une botte secrète : le brief éditorial.

Qu’est-ce qu’un brief éditorial et quelle est son utilité ?

Lorsqu’on fait appel à un rédacteur/une rédactrice pour rédiger du contenu, il ou elle ne peut pas deviner ce que vous voulez. Il faut tout lui dire, et ce pour deux raisons :

  1. pour que le rédacteur/la rédactrice délivre le travail que vous attendez,
  2. parce que s’il ne respecte pas les consignes que vous lui avez données, vous pourrez légitimement lui remonter les bretelles.

Le 2ème argument vous a plu ? Vous commencez à comprendre l’utilité du brief éditorial ☺

Le brief éditorial est un document word ou pdf de 2 à 6 pages transmis au rédacteur web lors d’une commande. Cela correspond à un cahier des charges ou des spécifications techniques.
Vous pouvez être amené à en rédiger un pour une commande de descriptifs produits, des pages de contenu, des articles de blog…

Qu’est-ce qu’on met dans un brief éditorial ?

Le brief éditorial est un guide dont le but est de faire gagner du temps au rédacteur et, pour vous, d’obtenir le ou les textes dont vous avez besoin.

Pour vous aider, nous avons constitué une structure type :

1. Présentation de la marque, de l’entreprise

Tel un pitch, présentez la marque ou l’entreprise pour laquelle le rédacteur web/la rédactrice web va travailler. En 2 ou 3 phrases, retracez l’historique de la société, les problèmes qu’elle résout, éventuellement les prix qu’elle a remportés, ses ambitions…
C’est ici que vous pouvez donner déjà quelques éléments de langage, donner un aperçu de l’univers dans lequel le rédacteur va se plonger. Cela l’aidera à trouver le ton.

2. Contexte de la mission

Pourquoi avez-vous besoin de textes ? C’est ici que vous allez l’expliquer.

Exemple :

  • Ajout d’une gamme d’articles, nouvelle collection
  • Création de site, refonte
  • Besoin de visibilité sur Google et les réseaux sociaux (SEO, content marketing)

3. Vos publics-cibles

Vous avez dressé le portrait de votre société, de votre univers, de votre besoin.
C’est ici que vous allez présenter vos publics-cibles ou personae.

Pour affiner :

  • Cible B2B ? B2C ?
  • La cadre sup’ qui aime la mode et les belles pièces ou la dirigeante de startup ?
  • Le jeune retraité esthète ou l’amateur de golf ?
  • Le « papa poule » ou l’amateur de sports de combat ?
  • L’étudiant en recherche d’appartement ou le millenial adepte d’un mode de vie healthy ?

À vous de dire ce que vous savez de votre clientèle, de vos prospects. Sont-ils pragmatiques ? Raffinés ? Technophiles ? Peut-être sont-ils tout cela à la fois ?

4. Mission du rédacteur/de la rédactrice

Au fur et à mesure, vous allez préciser votre propos. Dans cette troisième partie, vous allez expliquer à votre rédacteur/rédactrice la commande de textes à proprement parler, qui peut toujours évoluer.

Exemple :

  • Pour une nouvelle collection : 80 descriptifs produits
  • Pour une refonte : 6 pages de contenu
  • Pour du SEO et du content marketing : 30 articles de blog

La liste des produits peut faire l’objet d’un document excel à part avec, par exemple, le titre, les spécificités (matière, coupe, couleurs disponibles…) et l’URL – si les fiches produits sont déjà en ligne.

Pour des pages de contenu, dans le cadre d’une refonte par exemple, faites parvenir au rédacteur la charte graphique de votre site, pour qu’il puisse visualiser les espaces dédiés au texte, et adapter ses contenus.

Dans le cas d’articles de blog, cela dépend des sujets que vous voulez traiter. Si vous les connaissez déjà, vous pouvez les spécifier ici. Cela peut être une liste de mots clés, de sujets que vous avez identifiés…

Vous n’avez pas encore tous les sujets ? Vous pouvez demander au rédacteur de vous faire des propositions. Dans ce cas, la prestation peut dépasser la simple conception-rédaction web.

5. Le descriptif-produit/la page/l’article type

C’est dans cette partie qu’on rentre dans le vif du sujet. Généralement, c’est ici qu’on peut trouver des informations comme :

  • Le nombre de mots attendu par textes (exemple : 80, 100 pour un descriptif produit, 500 pour une page, 700 pour un article…)
  • Les contenus à rédiger éventuellement en plus des textes : titre, extrait
  • La structure de chaque texte : 1ère partie, 2ème partie, nombre de paragraphes, sous-titres…
  • Le style, la tonalité du texte : informatif, léger, journalistique, vouvoiement ou tutoiement… N’hésitez pas à détailler cette partie ;
  • Une section « À éviter» : expressions familières, mots réglementés dans votre secteur, marques…
  • Une section « À privilégier » : des mots ou expression que vous voulez voir, qui sont votre marque de fabrique…
  • Des consignes SEO: c’est dans cette partie que vous pouvez demander au rédacteur/ à la rédactrice d’utiliser des déclinaisons, un certain nombre de synonymes, de hiérarchiser, de mettre certains mots en gras, d’insérer des liens…

→    Bonnes pratiques

  • Mettez 1 ou 2 exemples déjà rédigés et mis en page pour donner une idée du rendu.
  • Ajoutez éventuellement des sources d’information en fin de document, pour aider votre rédacteur.
  • Adressez-vous à lui/à elle comme à un prestataire qui connaît son métier mais pas forcément votre secteur, soyez prêt/e à partager des informations avec lui/elle.
  • Ajoutez à la fin de votre document un email et/ou un numéro de téléphone à joindre en cas de question.

C’est bon pour vous ?

Voici ce brief-type en word à télécharger, vous n’aurez plus qu’à le personnaliser et y ajouter votre logo en en-tête 🙂

Vous n’avez pas encore de blog sur votre site ?

Vous avez besoin de mesurer vos statistiques et/ou d’une prestation de community management ? C’est un spécialiste du marketing du contenu qu’il vous faut.

libero. ut risus. Donec Praesent consectetur eget elit.

Pin It on Pinterest