7 exemples de publicités qui misent tout sur le visuel

7 exemples de publicités qui misent tout sur le visuel

Dans une publicité, un bon visuel permet de faire passer un message de façon efficace. Voici quelques exemples parlants de publicités particulièrement créatives qui sauront vous amuser, vous séduire, et qui sait, peut-être vous inspirer.

Utiliser le logo comme élément de la publicité

La société Mc Donald se régénère beaucoup dans ses campagnes de pub, toujours fantaisistes et originales.

Détourner un objet proposé par le service

Mc Donald détourne aussi des objets connus du service, par exemple la boite en carton du Big Mac en ordinateur portable ou bien la paille en rond-point pour indiquer le prochain restaurant à un automobiliste.

Utiliser l’actualité

C’est un pari osé, mais c’est le choix de la société Stabilo qui a su profiter de l’actualité brûlante des Gilets jaunes pour rappeler que son fameux feutre fluo est « fait pour être vu de loin ».

Dans la même idée, KFC a mis a l’honneur cet été ces nuggets de poulet avec la coupe du monde !

Utiliser le trash

Pour avoir un impact certain et provoquer des émotions chez les gens, faire appel à des photomontages chocs est un choix efficace. C’est le cas de la publicité proposait par Sanctuary qui montre clairement qu’en coupant des arbres, on tue des animaux.

Le flat design

Le flat design c’est un graphisme très minimaliste qui consiste à utiliser des aplats de couleurs. Voilà un exemple de la société Citroen avec sa gamme de voitures électriques, symbolisant à la fois une voiture et une prise électrique.

Jouer sur l’assemblage de plusieurs objets pour mettre en valeur un produit

Ikéa a mis en pratique ce principe avec la combinaison de 3 gobelets vendus dans ses restaurants pour présenter un meuble.

Le cas des publicités pour enfants

Il est bien connu que les enfants ont beaucoup d’imagination et inventent toutes sortent de monde à partir de leur jouets ! La société Lego a su elle aussi faire preuve d’imagination en mettant en scène les Legos dans la chambre d’enfant.

.

Les 3 facteurs clés de succès pour une communication efficace : la stratégie, les outils et les prestataires

Les 3 facteurs clés de succès pour une communication efficace : la stratégie, les outils et les prestataires

Vous démarrez votre activité d’entrepreneur, vous êtes artisan ou commerçant, consultant, vous êtes une startup, ou bien un chef d’entreprise et vous lancez votre nouveau produit pour vous diversifier… dans tous les cas vous savez que la communication est essentielle pour vous faire connaître, gagner en notoriété et évidemment vendre. Mais y a-t-il des étapes à suivre ? Par où commencer ? Et combien ça va me coûter ? À qui faire appel ?

1) Avoir la bonne stratégie

Une bonne préparation, c’est 90% de la réussite.

Une stratégie de communication, pourquoi faire ?

Le mot « stratégie » vous fait peur ? Je vous rassure à moi aussi ! 🙂 On a l’impression que comme dans les grands groupes dans lesquels on a parfois travaillé avant, il faut établir un plan sur 10 ans avec des chiffres, des plannings…  Alors je préfère parler de « fil conducteur ».

Définir correctement votre fil conducteur va vous permettre de :

  • Monter un plan d’action
  • Savoir quels outils construire
  • Pouvoir briefer correctement votre prestataire
  • D’avoir une vision plus long terme
  • De rester cohérent
  • De ne pas fonctionner qu’à l’intuition
  • Ne pas perdre du temps et de l’argent
  • De monter et conduire des équipes

Votre mission, vos valeurs, votre vision

Commencez par prendre une feuille blanche et demandez vous à quoi sert votre entreprise.

Il n’est pas ici question de ce que vous avez à vendre, mais plutôt de pourquoi vous avez créé votre entreprise, quelles sont vos motivations profondes, qu’est ce qui vous pousse à avancer chaque jour…

Ce « pourquoi », c’est votre mission. Et la mission, c’est ce en quoi vous croyez, et donc ce que croient également vos clients. N’oubliez jamais que personne n’achète ce que vous faites mais pourquoi vous le faites. Complétez la mission par vos valeurs, celles qui guident vos choix. Choisissez en 3 ou 4, mais qui sont parlantes et qui vont en quelque sorte donner du sens à vos actions. Enfin, la vision est le moyen de vous projeter dans l’avenir. N’oubliez pas que vos outils de communication vont évoluer avec votre activité, alors autant prévoir dès maintenant leur évolution, vous ferez des économies ! Par exemple si votre site va être amené à devenir une boutique en ligne, ou si vous allez vendre à l’export, informez-en votre prestataire ! Il vous aidera à trouver la bonne solution.

Vous voulez en savoir plus et mieux comprendre le concept de mission ? Voici la vidéo qu’il vous faut :

Mettez toujours vos clients au coeur de votre entreprise

Et c’est sans doute ce qu’il y a de plus difficile pour la plus part des entrepreneurs ! Ne plus parler de soi et de ses produits mais des bénéfices que vous apportez à vos clients.

Votre site web n’est pas le centre de votre univers. Votre page Facebook n’est pas le centre de votre univers. Votre application mobile n’est pas le centre de votre univers. Le client est le centre de votre univers.

Quelques conseils :

  • Pensez toujours à parler de votre client de ses problématiques plus que de votre offre.
  • N’oubliez pas que la communication est un dialogue !
  • Utilisez des mots forts qui appellent à son vécu, ses sentiments, ses sensations, ses sens, son imaginaire…
  • Faites lui vivre une expérience et racontez lui une histoire
  • Suivez son parcours et engagez-le
  • Valorisez-le et quand c’est possible personnalisez vos messages.
  • Soyez visuel

Les règles d’or de la com

Vous avez identifié votre mission ? Vous savez désormais quels sont vos bénéfices client et vous avez commencé à rédiger vos messages et votre pitch ?

Bravo ! Pour compléter, je vais vous donner 4 règles d’or que vous allez désormais respecter quoi qu’il arrive :

1- Soyez cohérent

Je ne le répèterais jamais assez… Oui en tant qu’entrepreneur on aime s’éparpiller, saisir le business quand il arrive… mais n’oubliez pas de toujours suivre votre fil conducteur !

2- Soyez simple

Mettez-vous à la place de vos clients… Ils ne comprennent pas toujours votre jargon technique, et ils ont besoin d’aller rapidement à l’essentiel. Parfois le plus compliqué c’est justement de faire simple 😉

3- Usez de la répétition

Vous n’êtes surement pas « Carglass » (mais si vous l’êtes surtout contactez-moi), mais vous devez néanmoins répéter le même message partout et tout le temps. Pourquoi ? Déjà parce que vous êtes cohérents, ensuite parce qu’à force de répéter, on va moins facilement vous oublier.

4- Soyez visible

Élémentaire mon cher Watson. Et pourtant… vous vous êtes sûrement déjà retrouvé à poser votre carte de visite Vistaprint blanche au milieu de dizaine de carte de visite Vistaprint blanches. Alors démarquez-vous en étant plus créatif et en osant sortir des sentiers battus.

Préparez votre moodboard

Un moodboard kézako ? C’est une planche d’inspiration graphique qui va vous aider, et aider votre prestataire à mieux cerner l’image que vous aimeriez donner à votre entreprise.

Cherchez des visuels qui vous inspirent. Pas forcément dans le même secteur d’activité, mais ça peut être une couleur, un motif, un dessin, une photo, une ambiance, une typographie. L’essentiel est de vous dire « là je me reconnais ». Rassemblez touts les éléments sur une seule planche et vous avez votre moodboard.

Pinterest est très bon outil pour créer votre moodboard.

Osez vous différencier

Dernière recommandation, n’ayez pas peur d’avoir un parti pris fort. Vous ne plairez sans doute pas à tout le monde mais ce n’est pas l’objectif ! Plus vous allez vous construire une image et un message fort et différenciant, et plus vous allez vous démarquer.

2) Définir les bons outils

Si la marque ne façonne pas ses outils, les outils la façonneront.

Les outils de communication à votre disposition

Le choix est large ! Et pour faire votre choix, vous devez identifier quels sont les points de contact idéaux pour toucher votre cible. Où est-elle ? Quelles sont ses habitudes ? Il n’est pas toujours utile d’être présent partout… mieux vaut avoir peu de canaux mais bien les travailler. Un outil doit aussi être un appel à l’action. Établissez le parcours de votre client, prenez-lui la main, et amenez le petit à petit à rentrer en contact avec vous. Par exemple, si vous vendez des formations, peut être va-t-il vous connaitre via les réseaux sociaux, incitez-le alors à cliquer sur votre dernier article de blog, puis proposez lui de télécharger du contenu gratuitement et récupérez son adresse email. Mettez en place un mailing pour l’informer de vos promos, nouveauté, le valoriser, augmenter votre capital sympathie et incitez le à acheter votre contenu payant 🙂

Les questions à se poser

Avant de choisir les outils vous allez devoir créer, demandez-vous :

  • Quel parcours allez-vous faire suivre à votre prospect jusqu’à l’acte d’achat ?
  • Qui est votre cible et où est-elle ?
  • Avez quels outils vous sentez-vous à l’aise ?

Les étapes à suivre

Pour vous aider, voici 4 étapes :

1) Contenu

  • message
  • mots-clés
  • histoire
  • valeur ajoutée
  • couleurs
  • images
  • photos
  • vidéos

2) Outils de base

  • logo
  • charte graphique
  • carte de visite
  • signature mail

3) Présence web

  • site web
  • réseaux sociaux

4) Supports print et médias

  • plaquette
  • dépliant
  • PLV

Dans la plupart des cas, vous allez avoir besoin de votre site web avant vos outils print simplement parce que vous allez communiquer l’adresse de votre site sur vos supports imprimés. Mais selon votre activité, il est possible d’inverser l’étape 3 et l’étape 4, ou de les paralléliser.

Néanmoins ce qui est primordial, c’est que pour réaliser l’étape 3 et l’étape 4 n’importe quel prestataire va vous demander votre contenu (aussi bien texte que visuel) et votre logo / charte graphique (la COHÉRENCE vous dis je !). Donc avant de vous lancer dans la fabrication de vos outils préparez vos contenus !

Planifiez votre communication

Souvent une étape difficile pour l’entrepreneur ou le créateur. Et pourtant cela vous permet d’avoir de la rigueur, de vous organiser, d’avoir de la régularité, et de faire rentrer votre communication dans une routine. Si vous n’êtes pas un adepte du retro planning, commencez simplement par un premier outil. Par exemple tous les mois vous écrivez un article de blog, tous les lundis vous pouvez programmer 3 posts sur Facebook, envoyer un mailing tous les derniers mardis du mois, lancer un événement tous les 2 mois… soyez réaliste par rapport au temps que vous avez et surtout soyez persévérant ! N’oubliez pas que la communication est un ensemble de cycles. Alors ne vous découragez pas et faites le bilan de vos actions au bout de 6 mois par exemple, et choisissez de continuer, d’arrêter et d’améliorer l’outil.

Peut être avez-vous des dates clés ? Une saisonnalité ? Un temps fort ? Intensifiez votre communication à ce moment là en la préparant en amont !

Mesurez et analysez

Pour en tirer les bonnes conclusions ! Qu’est ce que chaque action m’a apporté? De la notoriété, des prospects, des ventes, des demandes…. Et même si ce n’est pas à la hauteur de vos objectifs tout n’est pas bon à jeter… il suffit peut être de les améliorer. Une petite étincelle peut devenir une belle source de chaleur pour votre activité.

Vous avez pensé à faire de la publicité sur Facebook ?
Vous avez regardé les recherches utilisées pour vous trouver sur Facebook avec Search Console ?
Quel est votre position sur Google par rapport aux mots-clés qui vous intéressent ?
Combien de visites avez-vous eu sur le site, et quel est le parcours de vos visiteurs ?
Avez-vous distribué vos plaquettes, avez de bons retours dessus ?

Si vous manquez de temps, ou que vous sentez qu’un outil peut gagner à être vraiment amélioré et mieux conçu alors pensez à sous-traiter à des professionnels.

Restez cohérent… et patient !

Je vous félicite ! Surtout n’oubliez pas d’être régulier, de répondre aux personnes qui interagissent avec vous, encouragez le passage à l’action… Et évidemment soyez toujours COHÉRENT ! Avant chaque action, reprenez votre fil conducteur et demandez-vous si vous êtes cohérent.

Rome ne s’est pas fait en un jour ! Même si vous faites appel à des prestataires, vous n’aurez pas votre logo, votre site et votre plaquette en une semaine… soyez conscient des délais !

3) Trouver les bons prestataires

On peut rassembler des bons joueurs, le plus dur, c’est de les faire jouer ensemble.

À qui vous adresser ?

Vous avez bien suivi l’ensemble des étapes ? Alors normalement vous avez votre fil conducteur, votre moodboard (ou votre logo et charte graphique si elle est déjà créée), une bonne idée des outils que vous devez mettre en place par rapport à des points de contact avec votre cible, et des contenus écrits et visuels. Maintenant vous vous demandez : « comment faire concrètement ? »

Je vous dirais que vous avez 3 solutions :

Vous-même ou un ami « qui s’y connait »

On ne va pas se mentir ça coûte moins cher ! Ce sera sans doute long et fastidieux, le résultat ne sera pas toujours à la hauteur de ce que vous aimeriez, mais je ne suis pas forcément contre au lancement de votre activité. En plus il est possible de se former ou d’avoir de l’assistance, et des plateformes permettent de créer plutôt de manière intuitive son logo ou son site. Comme Wix par exemple. Attention néanmoins cela reste bien souvent une solution provisoire et tout dépend également de votre activité. Par exemple un site fait sur Wix ne sera pas transférable sur WordPress, un logo a besoin d’être vectoriel pour être utilisé dans toutes les tailles, tec.

Et si vous vous lancez dans une activité en e-commerce, vous aurez d’autres exigences que si vous êtes consultant.

Le + : Le prix
Le – : Un résultat incertain

Un ou des freelance(s)

Vous trouverez facilement des indépendants de différents corps de métier dans la com’. C’est un peu comme faire appel à plusieurs artisans pour construire sa maison. Et il existe un peu de tout à tous les prix… Mais ce sera à vous de sourcer les bons freelances et surtout de les faire travailler ensemble. Il faut savoir qu’il y a beaucoup de métiers différents dans la com’ et personne ne maitrise l’ensemble des compétences (contrairement à ce que certains d’entre eux prétendent). Et c’est à vous de les guider, un freelance n’est pas là pour vous conseiller sur votre stratégie, il exécute seulement un brief, à vous d’être précis et clair !

Voici les métiers des freelances auxquels vous aurez affaire :

  • Le graphiste / illustrateur : Il pourra réaliser votre logo, charte graphique, plaquette, ou autres documents. Demandez-lui son portfolio pour connaitre son style graphique.
  • Le webdesigner : concepteur du votre site internet, il va s’occuper de l’aspect ergonomique et graphique de votre site. Il connait bien les contraintes du web. Demandez lui quels outils il utilise et maitrise, wordpress, prestashop ou autre…
  • Le spécialiste SEO/SEA : il va s’occuper du référencement de votre site internet. Il vient souvent en support du webdesigner, pour remplir les balises et méta description, faire une étude de mots clés… et pouvoir optimiser votre site pour augmenter son positionnement sur Google.
  • Le rédacteur : il va construire les textes (en fonction des indications du spécialiste SEO pour votre site) et rédiger des articles de blog (idéal pour le référencement). Il peut aussi s’occuper de votre mailing notamment s’il a des compétences en copywriting.
  • Le community manager : il gère vos réseaux sociaux. Il doit publier des posts créatifs et surtout vecteurs de trafic et de viralité pour vos pages. Un super atout pour votre notoriété !
  • Le développeur : plutôt technique, il est recommandé pour les projets web sur mesure.
  • Le photographe/vidéaste/motion designer : ils vont apporter du contenu visuel de qualité pour votre site. Soit par de la photo, ou de la vidéo ou par de l’animation.

Le + : l’expertise poussée de chaque freelance
Le – : multiplication des prestataires

Une agence de com

Vous avez besoin de conseils ? D’être accompagné dans la com’ de votre marque ? Et vous voulez avoir un seul interlocuteur sans multiplier les prestataires ? Alors c’est une agence qu’il vous faut. Généralement l’agence c’est un chargé de clientèle qui va répondre à vos questions et s’assurer des délais, et des équipes de graphistes, webdesigners, rédacteurs… pour réaliser vos outils de com’. En bref l’agence va vous permettre d’avoir tout ce dont vous avez besoin en un seul prestataire. Ce qui simplifie nettement la vie surtout quand on manque de temps, qu’on n’est pas forcément créatif et qu’on veut être certain que la cohérence de notre communication va être assurée. Certaines agences sont spécialisées, alors regardez bien leur site et leur portfolio.

Le + : l’accompagnement et le conseil
Le – : l’opacité des prix et des véritables compétences en interne

L’ingrédient magique pour une communication cohérente

Si vous voulez travailler avec des freelances mais que vous avez besoin de conseil et d’une personne pour coordonner votre communication : faites appel à un chef de projet. Généralement plutôt expert stratégique, il va à la fois vous aider dans votre plan d’action marketing mais aussi vous aider sur la réalisation de vos outils de com’. Véritable partenaire sur le long terme il sera votre service marketing externalisé !

Rédigez votre brief

Très concrètement, maintenant que vous avez choisi de faire appel à des freelances ou une agence, vous allez devoir leur envoyer un brief pour avoir un devis. Le brief est généralement envoyé par mail et il est un micro cahier des charges.

Voici ce qu’on doit trouver dans le brief :

  • Vos problématiques (ex : je veux fidéliser ma clientèle, ou je dois prospecter, je lance mon entreprise, je veux développer mon activité sur internet, je veux être plus visible, etc
  • La mission de votre entreprise, vos valeurs et votre vision
  • Votre offre
  • Votre cible
  • Votre positionnement marketing (quelle position occupe mon produit ou ma marque dans l’esprit du consommateur). Ex : haut de gamme, technique, ludique, gourmand, pro, sain…
  • Vos messages clés / contenus (ou du moins précisez ce que vous avez et ce que vous n’avez pas)
  • Une idée de délai et de budget
  • Un moodboard (si pas encore de charte graphique) ou des liens vers des sites internet que vous aimez
  • Votre charte graphique
  • Un cahier des charges technique pour votre site (vitrine ou non, nombre de pages, spécificité technique…)

Attention au choix des mots ! Une image « pro » ne veut peut être pas dire la même chose pour vous et votre graphiste… Soyez le plus précis possible dans le choix de vos mots. Et je conseille toujours d’illustrer vos propos par des visuels pris sur Pinterest ou Google Images, ou d’envoyer des exemples de marque en précisant ce que vous aimez et ce que vous n’aimez pas.

|

Pour résumer...

Avoir la bonne stratégie

  • Posez-vous les bonnes questions
  • Définissez votre mission, vos valeurs et votre vision
  • Trouvez le fil conducteur et le bon message
  • Ayez une offre claire correspondant aux attentes de votre marché

Définir les bons outils

  • Définissez votre plan d’action
  • Budgétisez-le et planifiez-le
  • Trouvez les points de contact où se trouve votre cible
  • Trouvez les outils qui amènent votre cible à l’acte d’achat

Trouver les bons prestataires

De quelles expertises avez-vous besoin ?
Il est important de connaître votre besoin, vos propres connaissances et la spécialité du prestataire. Parce qu’un créateur de site web n’est pas forcément référenceur, ou graphiste ! Un brief précis avec du contenu est primordial.

Dernière astuces de com’

  • Nous vivons dans un monde d’image plutôt exigeant, alors misez sur le visuel !
  • Impossible de prévoir un budget de 0€ en communication… Vous aurez au moins des frais de nom de domaine et d’hébergement de votre site !
  • Prévoyez un budget d’environs 3500€ HT pour un premier pack site vitrine, logo et charte graphique, carte de visite. Idéal pour commencer !
  • Demandez toujours à avoir votre logo en format vectorisé et gardez-le précieusement.
  • Il est toujours très important de relire et encore relire avant impression ou publication. Attention aux fautes et aux maladresses, c’est à vous que revient la validation.
  • Ne vous basez pas uniquement sur des critères de prix. Très cher ne veut pas dire très bon, et pas cher ne veut pas dire mauvais… Basez vous sur le feeling, le portfolio, les références et la notoriété de votre prestataire.
  • Si votre produit ne se vend pas, inutile de taper sur votre agence de com’… une mauvaise offre même avec toute la com’ du monde ne se vendra pas et vice versa ! Pensez toujours à votre stratégie, c’est de votre devoir, pas celui de votre agence.

En conclusion

Si vous avez peu de budget il vaut mieux en faire peu mais très bien que tout faire mal. Mais je ne peux pas vous donner les bons et les mauvais choix car tout dépend de votre stratégie et c’est pour cela que les premières étapes sont importantes. Concentrez-vous sur vos clients, votre manière de les approcher, qui sont vos concurrents et ce qu’ils font, la mission et la vision de votre entreprise. Je ne vais pas conseiller de la même manière une personne qui lance sa marque de bijoux fait main avec une petite capacité de production, qu’une marque de joaillerie de luxe. Dernier conseil, prenez le temps de poser l’ensemble des éléments stratégiques sur un power point par exemple. Cela vous servira du support pour établir votre fil conducteur.

Faites du buzz avec le street marketing

Faites du buzz avec le street marketing

À l’heure du digital, on a tendance à être envahis de publicités sur tous les canaux de communication. Sur nos écrans, dans la rue… on sature ! Et on ne les voit même plus. Le street marketing a été créé pour remédier à ça. 

Le street marketing , késako ?

C’est une technique vivante de publicité qui tente de créer du lien entre la marque et le futur consommateur. Mais halte aux idées reçues ! Le street marketing ne se résume pas forcément à une simple distribution de flyers dans la rue pour promouvoir un nouveau lieu, une nouvelle marque… Ça peut être une mise en scène d’un produit, des personnes déguisées (en mascotte de marque par exemple) ou encore un jeu sur le mobilier urbain…

Le gros avantage, c’est que c’est interactif et (enfin) ludique pour le public. Et de ce fait, cela apporte un bon capital sympathie à la marque. Voyons ensemble quelques exemples.

Quand le mobilier urbain se transforme en produit consommable

Les différentes formes de mobilier urbain sont une source d’inspiration inépuisable pour les créatifs. Voici des exemples de campagnes par des célèbres marques :

Le passant ne peut qu’être surpris positivement, s’amuser et se prendre en photo, et probablement la diffuser sur les réseaux sociaux.

Le street marketing peut dans certain cas faire appel à nos sens

En voici un bon exemple, avec ce piano géant installé sur un escalier dans le métro de Stockholm :

Cela peut aussi être une odeur dégagée. Par exemple la marque McCain pour la sortie de son produit « Ready Backed Jackets » a choisi un système particulièrement innovant. Équipée d’un système de chauffage et diffusant une odeur agréable, une pomme de terre en 3D fait son apparition dans les arrêts de bus.

Et si on utilisait le street marketing pour les sujets fâcheux ?

Certaines ONG et associations défendent leur cause en utilisant le street marketing pour choquer afin de faire réagir et sensibiliser le public.

Le street marketing : un moyen efficace pour bien viser sa cible !

Comme toute campagne de communication, le plus important est de viser sa cible en repérant les endroits qu’elle fréquente afin de toucher un maximum de monde. Il est également nécessaire de surprendre votre cible en leur changeant leur train train quotidien !

Dans cet exemple, l’entreprise Wilkinson a installé un toboggan dans les escaliers de la gare Montparnasse à Paris, afin de proposer 3 vitesses (escalier, escalator, toboggan)

Et le budget dans tout ça ?

Le coût d’une campagne de street marketing est très variable et dépend évidemment du budget de chaque entreprise. Cependant, les lancements de marque ou d’événements peuvent toujours être plus créatifs qu’une simple distributions de flyers. On peut par exemple se déguiser, distribuer des échantillons, ou organiser un jeu, etc. Bref, l’idée est de provoquer un véritable buzz marketing (une bonne communication sur les réseaux sociaux joue énormément, grâce aux vidéos notamment).

Mon ressenti

Je n’ai malheureusement jamais eu l’occasion de voir dans la rue le genre d’aménagement cité ci-dessus, cependant, je suis toujours ravie quand je tombe sur des personnes à la sortie d’une bouche de métro qui distribuent le dernier produit d’une marque (Granola, Cassegrin, Trésor…)  Je redoute en revanche la barrière de sondages rue Saint Féréol à Marseille… En revanche, lorsque la caisse d’Epargne avait mis une personne déguisée en écureuil dans la rue, je n’avais pas hésité à lui mettre mon fils (qui avait un an à l’époque) dans les bras !

Ce que je trouve vraiment percutant, c’est le détournement de l’aménagement urbain en produit de consommation, j’aimerais que les villes soient plus créatives en France, cela générerait la bonne humeur, l’amusement…

tempus neque. libero. facilisis leo consectetur risus quis ut

Pin It on Pinterest